Les tribulations incertaines de conques tibétaines entre le XVIIIe siècle et aujourd’hui

Les hiérarques religieux tibétains, en des occasions variées telles que l’intronisation, l’anniversaire d’un nouvel empereur en Chine ou l’envoi d’une mission d’hommage, offraient des objets religieux dont la liste est bien connue. Des conques apparaissent parmi ces objets rituels et l’une d’elles en particulier a retenu l’attention des chercheurs. Il s’agit d’une conque enroulée vers la droite offerte par le 6e Panchen Lama Lobsang Pelden Yeshe (1738–1780) à l’empereur Qianlong des Qing (r. 1735–1796) à l’occasion de son 70ème anniversaire en 1780 que le Panchen Lama est venu célébrer à Pékin à l’invitation de Qianlong. Elle aurait ensuite été prêtée par Qianlong à l’un de ses généraux. Plusieurs conques sont conservées dans les musées nationaux à Pékin et à Taipei et il est difficile de déterminer laquelle serait celle-ci.

Grâce aux notices insérées dans les boîtes spécialement créées pour recevoir les conques, il est certain que le Panchen Lama en a offert au moins deux à Qianlong en 1780, puisque le nom du donateur ainsi que la date du don y sont précisés. L’une des conques est conservée au musée du Palais à Pékin, l’autre au Musée national du Palais à Taipei.

D’après les recherches menées jusqu’à présent, la conque dépourvue d’ornementation (fig. 1) aurait été celle que Qianlong aurait remise au général Fuk’anggan (1748–1796), envoyé sur l’île de Taïwan pour y mater la rébellion menée par Lin Shuangwen, un chef de la Société du Ciel et de la Terre (Tiandihui) en 1787. Or, la notice afférente à l’objet ne l’indique pas.

Fig. 1. Conque offerte par le Panchen Lama à Qianlong en 1780, Gugong bowuyuan, Xizang zizhiqu wenwuju, Zhashelunbusi comp. 故宮博物院,西藏自治區文物局,扎什倫布寺 編, (Source : Xumifushou : dang Zhashelunbusi yushang zijincheng 須彌福壽:當扎什倫布寺遇上紫禁城 [Monastère Xumifushou : Quand le monastère de Tashilhunpo rencontre la Cité Interdite], Beijing : Gugong chubanshe, 2020, p. 260-261.)

Une autre conque, préservée au sein du musée national du palais à Taipei, aurait été confiée par l’empereur à Fuk’anggan comme talisman pour le protéger des dangers de la mer. Elle avait été ornée à la demande de l’empereur et exposée avec des documents y afférant trouvés dans la boîte, également prévue par Qianlong pour les recevoir (fig. 2 et 3).

Fig. 2. Vue complète et détail de la conque prêtée par Qianlong à Fu Kang’an en 1787 (Source : Cai Meifen 蔡玫芬, Huangquan yu fofa : Zangchuan fojiao faqi tezhan tulu 皇權與佛法 :藏傳佛教法器特展圖錄 [Emperor Sovereignty and Buddhism : Buddhist Objects Exhibition Catalogue], Taipei : Gugong bowuyuan, 1999, p. 150-151).

Fig. 3. Les documents accompagnant la conque prêtée par Qianlong à Fuk’anggan en 1787 (Musée national du Palais, Taipei).

Les documents, notamment celui collé au revers du couvercle du coffret et celui placé juste à sa droite sur la photographie (Fig. 3), mentionnent clairement que cette conque fut remise à Fuk’anggan par Qianlong pour le protéger durant sa traversée du détroit de Taïwan en 1787 et qu’il la rapporta à la Cité interdite à Pékin l’année suivante. La notice ajoute qu’elle fut également léguée par l’empereur Jiaqing des Qing (r. 1796–1820) à Saicungga (Sai Chong A) dont la mission était de mettre fin aux attaques du pirate Cai Qian (1761–1809) en 1801, à l’instar du prêt de Qianlong à Fuk’anggan. En revanche, aucun document de cette boîte ne mentionne la provenance de cette conque ni l’année de son don à Qianlong.

Au moins deux conques existent donc. Leurs notices apportent les précisions suivantes : la première, présentée ci-dessus, a été donnée par le Panchen Lama à Qianlong en 1780 ; l’origine de la deuxième est inconnue, mais son prêt à Fuk’anggan par Qianlong puis à son successeur par Jiaqing est avérée. Par conséquent, la conque offerte à Fuk’anggan puis transmise à son successeur ne semble pas être l’une de celles offertes par le Panchen Lama à Qianlong.

Cependant, des documents d’archives montrent qu’en 1787, Qianlong offrit à Fuk’anggan une des conques apportées par le Panchen Lama. Cette conque resta au bureau du gouverneur du Fujian et du Zhejiang au moins jusqu’en 1904. Elle aurait été utilisée comme talisman contre les dangers de la navigation par les fonctionnaires du bureau qui circulaient sur les mers pour y mener leurs tournées d’inspection. Néanmoins, sur la base des documents contenus dans les boîtes, il est impossible de confirmer que cette conque est l’une des deux mentionnées ci-dessus puisque les notices qui y sont associées ne décrivent qu’une étape du mouvement de l’objet, soit le don du Panchen Lama à l’empereur, soit le don de l’empereur à ses généraux.

En réalité, les interrogations quant aux déplacements de ces conques ne se limitent pas au XVIIIe siècle. Il est important de prendre en compte également la dimension relative aux déplacements des objets à l’époque contemporaine d’une part, et, d’autre part, les principes de constitution de la collection du musée national du palais à Taipei. Ces deux aspects ont sûrement eu un impact sur le destin de ces objets ainsi que sur leur identification. Nous ne savons rien, par exemple, des raisons qui font que tel ou tel objet ait été choisi pour être déplacé dès les premières années de l’occupation de la Chine par les Japonais. Dans un premier temps, il s’agissait de placer ces œuvres et ces objets d’art à l’abri des envahisseurs. Plus tard, les collections furent séparées pour en préserver la sécurité. À partir de 1938, elles suivirent les troupes du Kuomintang qui se retiraient face à l’avancée des Communistes d’abord vers le Sichuan, puis vers Nankin, d’où elles partirent pour Taïwan.

Fig. 4. Circulation des objets d’art de la Cité interdite entre 1933 et 1965, carte réalisée par Rémi Chaix (la flèche noire indique des déplacements entre 1933 et 1936, la verte les mouvements entre 1937 et 1939, la rouge ceux entre 1937 et 1938, la bleue ceux entre 1937 et 1939, la marron les mouvements entre 1947 et 1965).

Enfin, les objets offerts par les Panchen Lamas aux empereurs et exposés récemment tant à Pékin en décembre 2019 (la première conque présentée ici) qu’à Taipei en décembre 2020 (la conque remise par Qianlong à Fuk’anggan—et la troisième de ce billet— ne fut pas montrée au public, au profit d’une autre envoyée par l’oracle tibétain Lhamo) sont révélateurs des enjeux contemporains qui entourent la reconnaissance des hiérarques tibétains. Ainsi le destin d’un instrument rituel considéré comme un talisman pour traverser les océans au dix-huitième siècle se trouve une nouvelle fois changé, cette fois en marqueur d’une relation particulière existant entre Shigatse et Pékin.

Fabienne Jagou

Bibliographie

Benefitting Sentient Beings Through Re-embodiment: The Development of the Tulku-recognizing System since the 17th century, Exposition, Taipei, décembre 2020.

Patricia Berger, Empire of Emptiness. Buddhist Art and Political Authority in Qing China, Honolulu: University of Hawai’i Press, 2003, p. 182-186.

Cai Meifen 蔡玫芬, «Huangquan yu fofa : Zangchuan fojiao faqi tezhan tulu皇权与佛法 :藏传佛教法器特展图录» [Emperor Sovereignty and Buddhism : Buddhist Objects Exhibition Catalogue] 台北故宫博物院 Taipei National Palace Museum, 1999, p. 150-151.

Fortune and Longevity of Sumeru: An Encounter between the Tashi Lhunpo Monastery and the Palace Museum, Exposition, Beijing, 10 décembre 2019-29 février 2020.

Gugong bowuyuan, Xizang zizhiqu wenwuju, Zhashelunbusi comp. 故宮博物院,西藏自治區文物局,扎什倫布寺 編, Xumifushou : dang Zhashelunbusi yushang zijincheng 須彌福壽:當扎什倫布寺遇上紫禁城 [Monastère Xumifushou : Quand le monastère de Tashilhunpo rencontre la Cité Interdite], Beijing : Gugong chubanshe, 2020.

Kung Ling-wei 孔令伟, « Qinggong zangchuan fojiao wenwu yu Qianlong de zongjiao xintai »,  清宫藏传佛教文物与乾隆的宗教心态 (Tibetan Buddhist Material Culture in the Qing Court and the Religious Mentalities of the Qianlong Emperors), Zangxue xuekan藏学学刊 (Journal of Tibetology) 22, juin 2020, p. 328-359.

Lai Imann 賴依縵, “Renjian qibao—Fu Kang’an xie tai bailuo zai taiwan人間奇寶—福康安攜台白螺在台灣 [A singular Treasure: The conshell Fu Kang’an brought to Taiwan is in Taiwan],” Gugong wenwu yuekan故宮文物月刊 National Palace Museum Monthly Review 343, octobre 2011, p. 110-115.

Les pérégrinations méditerranéennes et orientales de la Tazza Farnese

Une vitrine du Museo Archeologico Nazionale di Napoli conserve l’une des œuvres gréco-romaines les plus raffinées de l’ingéniosité artistique de l’Antiquité : la Tazza Farnese, ou Tasse Farnèse, considérée comme le plus grand camée du monde. Cette agate sardonique incisée et sculptée, produite dans les ateliers de glyptique d’Alexandrie vers la fin du IIe siècle avant notre ère, était probablement destinée dans l’Antiquité à une fonction symbolique, peut-être à la pratique rituelle de la libation comme laisse suggérer sa forme évoquant la phiale des Anciens (figure 1). Elle représente sur une face, qui correspond à la vasque du vase, une scène nilotique sujette à de multiples interprétations, sans doute une allégorie divine de la famille régnante d’Alexandrie, les Ptolémées, et de l’abondance de l’Égypte hellénistique. Au revers du vase se déploie le visage féminisé de Méduse, figure mythologique d’altérité, en un gorgonéion ailé, à la chevelure peuplée de serpents, exécuté à l’intaille. Jouant avec la translucidité des quatre strates de pierre qui constituent le monumental camée, les figures se révèlent ou disparaissent en fonction des jeux de lumière, en de profondes nuances colorées. La Tazza Farnese devait en tout cas constituer un bien particulièrement précieux, performatif et chargé de sens, pour ses premiers propriétaires, utilisateurs et spectateurs. La perforation au centre de l’objet serait moderne.

Figure 1 : Tazza Farnese. Vase en agate sardonique, production alexandrine de la fin du IIe siècle av. J.-C. Ht. 20 cm. Naples, Museo Archeologico Nazionale di Napoli, inv. 27611. Source : MANN

Les chemins successifs qui ont mené le camée d’Alexandrie au IIe siècle avant notre ère à Naples de nos jours sont multiples, et les hypothèses sont nombreuses. Initialement produit et utilisé dans le Delta du Nil, faisant probablement partie du trésor de la cour royale ptolémaïque, l’objet prestigieux aurait pris, à la suite de la conquête romaine de l’Égypte en 31 av. J.-C. par Octave (le future empereur Auguste), la route vers la péninsule italique, entrant à Rome au sein du trésor impérial, suivant ensuite celui-ci à Constantinople jusqu’au début du XIIIe siècle, où il a vraisemblablement été volé lors de la première croisade en 1204. En 1239, en effet, la Tazza semble être en possession de l’empereur des Romains Frédéric II de Suède, un document d’archive le prouve, suggérant que ce dernier aurait acheté à deux marchands un « magnum scutellam de Onichio ». L’objet serait ainsi retourné une première fois en Italie, en Sicile ou en Italie du Sud, avant d’être sans doute revendu en 1253 par l’héritier du trône, Conrad IV de Hohenstaufen, à un seigneur oriental. Autre hypothèse : la Tazza Farnese n’aurait jamais quitté l’Orient. Elle aurait été pillée à Alexandrie en 88 avant notre ère par Mithridate VI du Pont, grand amateur d’art. La dynastie parthe d’Arménie aurait hérité du trésor jusqu’en 637, date à laquelle des troupes musulmanes se sont emparé des richesses de Ctésiphon, cité commerciale située sur la rive gauche du Tibre. Passé par Damas puis entreposé à Bagdad, alors sous le contrôle des Abbassides, le trésor parthe aurait été encore une fois pillé par le conquérant turco‑mongol Tamerlan, en 1393 ou en 1401.

Figure 2 : Dessin persan de la Tasse Farnèse, signé par le calligraphe Muhammad al-Khayyam, vers 430-450. Berlin Staatsbibliothek, Diez-Album – Diez A fol-72, p. 3, n°2.

On retrouve en tout cas la trace du camée dans les décennies 1430-1450, dans la cour timouride de Samarcande, d’Hérat ou Tabriz, où il est reproduit par un dessinateur persan (figure 2). Ensuite, en l’espace de quelques décennies seulement, la Tazza passe de mains en mains. En 1458, elle appartient au roi des Deux-Siciles Alphonse V d’Aragon. Le peintre Agnolo Poliziano, qui la voit et la décrit à Naples, nous apprend que le monarque l’avait achetée pour une somme jugée dérisoire, 2000 ducats, à un marchand génois ou vénitien, qui n’avait su, des mots du monarque « ni la donner, ni la vendre ». A-t-elle été acquise par ce marchand à Constantinople, au moment de la chute de l’Empire romain d’Orient en 1453 ? Ou bien ce marchand était-il un ambassadeur, Alphonse d’Aragon entretenant de longue date des liens diplomatiques avec les cours orientales ? Elle est revendue ou offerte peu de temps après au cardinal vénitien Ludovico Trevisan, qui transmet sa collection à Pietro Barbo, grand collectionneur de gemmes, qui devint pape sous le nom de Paul II en 1464. Elle entre de la sorte dans les collections pontificales avant d’être donnée en 1471 par son successeur, Sixte IV, à Laurent le Magnifique qui en relate l’arrivée dans les collections florentines dans ses Ricordi. Pièce majeure du collectionnisme Renaissance, on dit même que sa face gorgonéenne inspira Léonard de Vinci ains que le Caravage, tous deux ayant traité en peinture le thème de la tête décapitée de Méduse. En 1492, le camée, toujours dans la cour des Médicis, est évalué à 10 000 florins. Il passe successivement dans les collections de la maison Farnèse par le biais de Marguerite d’Autriche, fille de Charles Quint, épouse en premières noces, pour un an seulement, d’Alexandre de Médicis, alors maître de la ville de Florence qui meurt assassiné en 1537. La duchesse de Toscane est rapidement remariée avec le neveu du pape Paul III, Ottavio Farnese. Contrairement à une idée répandue, la Tazza n’a probablement jamais été présente entre les murs du Palais Farnèse de Rome avec l’importante collection médicéenne de sculptures antiques : les premiers inventaires du studiolo de Fulvio Orsini, érudit au service de Ranuccio et Alessandro Farnese, ne la mentionnent pas. Mais elle est cependant attestée à Ortona en 1586, au palais de la famille De Sanctis où Marguerite d’Autriche avait élu résidence, puis à Parme, en 1632, parmi les pièces de la guardarobba ducale.

En 1736 elle quitte le duché de Parme pour être transférée à Naples avec la quasi-totalité de la Collection Farnèse, héritage maternel du duc de Parme et de Plaisance, roi de Naples et de Sicile, Charles III de Bourbon, futur roi d’Espagne, fils ainé de Philippe V et d’Elisabetta Farnese. Un temps au palais de Capodimonte, elle est déplacée en 1777 avec d’autres antiquités du « museo Farnesiano » au palazzo degli Studi qui est alors le siège de l’Università dei Regi Studi, constituant le premier noyau d’un musée royal en devenir. Elle voyage à Palerme entre 1806 et 1817, suivant Ferdinand IV face à l’arrivée des Français et la prise de pouvoir de Joachim Murat, avant de revenir à Naples où elle devient une pièce majeure des collections du jeune musée archéologique, inauguré un an auparavant sous le nom de Real Museo Borbonico.

Déplacée d’Alexandrie à Rome, puis à Constantinople, Palerme peut-être, Samarcande ou Hérat, Naples, puis Rome, Florence, Ortona, Parme, Naples et Palerme encore, et finalement de retour dans la cité parthénopéenne, la Tazza Farnese a connu bien des pérégrinations qui ont considérablement enrichi sa biographie sociale et l’ont érigée comme une œuvre emblématique de l’histoire de l’art, entre Orient et Occident. Si l’exceptionnalité de sa facture lui a permis de survivre à l’évolution des goûts antiquaires, toujours préservée, elle a aussi accompagné sur le temps long divers moments-clés de l’histoire politique méditerranéenne. Présentée en 2022 dans l’exposition temporaire Recycling beauty de la Fondazione Prada à Milan, la merveilleuse Tazza à l’histoire rocambolesque continue de voyager, loin de l’Alexandrie ptolémaïque qui l’a vu naître.

Christian Mazet

Barbanera, Marcello, « Alcune considerazioni su Federico II collezionista di pietre dure e sul destino della Tazza Farnese », Archeologia classica 54, 2003, p. 423-441.

Barreto, Joana, « Dialogues artistiques dans la Méditerranée de la Renaissance : la ‘Tazza Farnese’ de Hérat à Naples », dans D’une rive à l’autre de la méditerranée occidentale. Hier, aujourd’hui et demain, Nîmes, 2017, p. 174-179.

Belozerskaya, Marina, Medusa’s Gaze: The Extraordinary Journey of the Tazza Farnese, Oxford, 2012.

Bertini, Giuseppe, L’inventario di Margherita d’Austria, Turin, 2010.

Brentjes, Burchardt, « The ‘Tazza Farnese’ ant its way to Harãt and Naples », Oriente Moderno, 76.2, 1996, p. 321-324.

Gaspari, Carlo, Le gemme Farnese. Museo archeologico nazionale di Napoli, Naples, 2006.

Jestaz, Bertrand, « Les objets d’art du studiolo Farnèse d’après ses premiers inventaires », MEFRIM 122-2, 2010, p. 253-296.

Pannuti, Ulrico, Museo archeologico nazionale di Napoli. La collezione glittica. II, Rome, 1994.

Pannuti, Ulrico, « Formazione, incremento e vicende dell’antica raccolta glittica medicea », dans Il tesoro di Lorenzo il Magnifico. Repertorio delle gemme e dei vasi, Florence, 1980, p.7-8.

Sampaolo, Valeria et Luigi Spina, La Tasse Farnèse, Naples, 2018.

Settis, Salvatore et Anna Anguissola (dir.), Recycling Beauty [catalogue de l’exposition, Milan, Fondazione Prada, 17 novembre 2022 – 27 février 2023], Milan, 2022.

Simon, Erika, « Alexandria-Samarkand-Florenz-Rom : Stationnen der Tazza Farnese », dans Helmut Altrichter (dir.), Bilder erzählen Geschichte, Fribourg, 1995, p. 15-28.

Weis, Friederike, « A Persianate Drawing of the Tazza Farnese: a Work by Muhammad Khayyam? », dans Julia Gonnella, Friederike Weis, Christoph Rauch (dir.), The Diez Albums: Contexts and Contents, Leyde, 2016 p. 380-426.

Zoffili, Ermanno (dir.), Die erste Medusa – La première Medusa : Caravaggio, Milan, 2011.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search