100 objets: une histoire du déplacement au prisme de sa culture matérielle

What objects did the refugees who arrived in Greece after August 1922 bring with them? The research project Objects in Motion focuses on the history of the objects which were ‘expatriated’ between 1922 and 1924. These objects, which families and individuals chose to rescue at a moment when they were losing all stable points of reference, highlight both the conditions of the refugee moment and the material world which got carried over to the new homeland. Some clothes and personal items, jewellery and valuables, trade tools and religious icons, property deeds, documents, and letters are some of the most common things that the displaced chose to take with them when packing their few suitcases with practical items for everyday use and objects of material and emotional value; the precious and the quotidian, side by side. How many of these objects are still preserved today?

The project aims not only to trace the objects themselves, but also to study the reasons why their owners chose these specific objects to accompany them on their journey of expatriation, explore their practical uses and value during the first years of resettlement and follow their trail through the 20th century until today, when we find them again at the homes of refugee descendants. The objects that travelled with the refugee populations are not mere heirlooms from the homelands they were forced to leave behind. Each one tells a different cultural and social story about their owners and the society they used to live in both in their old and in their new home country. They constitute a tangible and intangible heritage of invaluable material evidence on the history and social anthropology of the 20th and 21st century. They have witnessed and documented displacement and resettlement.

The research project Objects in Motion is conducted at the Institute for Historical Research of the National Research Foundation in Greece and is funded by the Ministry of Culture among other research on the meaning of expatriation on the occasion of the centenary since the arrival and integration of the Greek populations in Greece after the Asia Minor catastrophe.

(Eleni Kyramargiou)

Site web en grec et en anglais:  100objects.eie.gr

Les attributions fluctuantes des coffrets « siculo-arabes »

Les mouvements que connaissent les objets au cours des âges ne sont pas seulement d’ordre géographique ou fonctionnel ; leur attribution même est susceptible de fluctuer. C’est le sort qu’a connu à l’époque contemporaine un type assez répandu de petits coffrets médiévaux à couvercle taluté (c’est-à-dire en forme de pyramide tronquée), se distinguant par un décor peint sur ivoire d’animaux et d’arabesques, occasionnellement agrémenté d’une inscription en arabe. Beaucoup d’entre eux ont été retrouvés dans des trésors d’église où ils étaient utilisés comme reliquaires, mais ce sont à l’origine des objets profanes, destinés à recueillir des bijoux et autres artefacts précieux.

L’une des plus anciennes images connues de ce type de coffret date des années 1870. Elle figure dans un recueil de chromolithographies publié par ce qui allait devenir le Victoria and Albert Museum de Londres, alors le South Kensington Museum, pour illustrer ses principaux trésors (Fig. 1).

Fig. 1. Coffret en ivoire à décor peint, conservé au Victoria and Albert Museum (inv. 4535-1859), la surcharge manuscrite « Sicile » est postérieure à la publication ; Paris, Bibliothèque des Arts décoratifs, collection Maciet.

Le coffret est alors décrit comme un ivoire [« Ivory casket »], et attribué à l’art byzantin du XIIIe siècle (Chromolithographs Volume 3, pl. XII). L’attribution à Byzance s’explique par l’importance qu’y eut le travail de l’ivoire, technique héritée des mondes grec et romain qui passe pour avoir culminé dans l’art « copto-fatimide » d’Égypte aux Xe et XIe siècle et essaimé jusqu’en Andalousie à partir d’ateliers siciliens (Ferrandis, I, p. 15 ; II, p. 178). Ce vagabondage étendu d’un objet dont la production a été attribuée à des artisans musulmans, mais l’usage à une clientèle chrétienne (Cott, I, p. 14), est pour beaucoup dans les incertitudes ayant pesé sur sa provenance, et dans la pluralité des labels qui lui ont été accolés.

Un spécimen conservé aujourd’hui au Musée Benakis d’Athènes (ΓΕ 10637) permet de suivre au plus près la trajectoire changeante de ces attributions. C’est en 1923 que le collectionneur alexandrin se procure l’objet auprès d’un marchand parisien, un certain Selim M. Khoury, dont on ignore tout, si ce n’est qu’il a acquis l’artefact à la vente des collections du restaurateur Alfred André, dispersées à Drouot au printemps 1920. L’objet figure au catalogue de la vente comme « travail oriental, fin du XVe siècle » (Catalogue André, Lot 237). Un spécialiste repère que le coffret provenait d’une collection plus prestigieuse encore, celle formée en partie en Espagne par le diplomate russe Dmitri Schevitch (Ferrandis, II, p. 178). À cette date (1906), le coffret est donné comme artefact espagnol, manufacturé au XIVe siècle (Catalogue Schevitch, lot 155), ce qui s’explique sans doute parce que de nombreux exemples ont été trouvés dans les trésors des monastères espagnols. À la fin des années 1930, deux spécialistes s’accordent à rajeunir le coffret de deux siècles (XIIe siècle) (Ferrandis, I, p. 178 ; Cott, I, p. 14) mais divergent sur son origine géographique, le premier estimant que ce put être un travail aussi bien andalou que sicilien, quand le second privilégie l’hypothèse d’une production siculo-arabe caractéristique de l’occupation normande de l’île (XIe-XIIe siècle). Il note au passage que l’inscription arabe courant sur le rebord du couvercle ‘Izzun Yadūm [Que la gloire perdure], pourrait bien être en partie un ajout ultérieur, qui peut être relié au passage entre les mains du restaurateur Alfred André. En un peu plus d’un demi-siècle, un artefact initialement donné comme une production byzantine tardive, est devenu espagnol, puis redevenu art oriental tardif, avant d’être rattaché à la Sicile du XIIe siècle, et d’être « retouché » au XXe siècle.

On pense aujourd’hui que ces coffrets à décor peint sur ivoire sont surtout caractéristiques des réseaux d’échanges artistiques à travers la Méditerranée et de l’étroite intrication de ses religions et de ses cultures (Santa-Cruz ; Hoffman ; Knipp). L’enquête conduite récemment sur un corpus de 220 spécimens conclue en effet que leur chronologie absolue et leur attribution géographique demeurent des questions ouvertes (Armando, p. 135). L’unique certitude est qu’ils relèvent d’une catégorie d’artefacts à la fois interconfessionnels et interculturels.

(M.V.)

Armando, Silvia, « Caskets Inside Out. Revisiting the Classification of ‘Siculo-Arabic’ Ivories », Journal of Transcultural Medieval Studies 4, n° 1-2, 2017, p. 51-145. https://doi.org/10.1515/jtms-2017-0003

Catalogue des antiquités égyptiennes, grecques et romaines, objets d’art et de haute curiosité du Moyen Âge et de la Renaissance composant la collection de feu M. Alfred André: vente, Paris, Hôtel Drouot, salle 8, vendredi 23 et samedi 24 avril 1920, F. Lair-Dubreuil, André Couturier, commissaires-priseurs, Paris : Drouot, 1920.

Catalogue des objets d’art et de haute curiosité du Moyen Age et de la Renaissance, […] composant la collection de M. D. Schevitch, Vente à la Galerie Georges Petit, 4-7 avril 1906

Chromolithographs of the principal objects of art in the South Kensington Museum, Londres : Arundel, 1868-1875.

Cott, Perry Blythe, Siculo-Arabic Ivories, Princeton Monographs in Art and Archaeology, Folio Series, III, Princeton: Princeton university Press, 1939.

Ferrandis, José, Marfiles árabes de Occidente. Madrid: Estanislao Maestre, 1936-1940

Hoffman, Eva Rose, « Pathways of portability. Islamic and Christian interchange from the tenth to the twelfth century », Art History 24, n° 1, 2003, p. 17–50

Knipp, David “Ivory painting in the Norman Kingdom of Sicily: an introduction”, in David Knipp et al. (dir.), Siculo-Arabic Ivories and Islamic Painting 1100-1300, Munich: Hirmer, 2011, p. 7-11.

Santa-Cruz, Noelia Silva, « The Siculo-Arabic Ivories and Their Spreading to al-Andalus », Journal of Transcultural Medieval Studies 4, n° 1-2, 2017, p. 147-190.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search