Les tribulations incertaines de conques tibétaines entre le XVIIIe siècle et aujourd’hui

Les hiérarques religieux tibétains, en des occasions variées telles que l’intronisation, l’anniversaire d’un nouvel empereur en Chine ou l’envoi d’une mission d’hommage, offraient des objets religieux dont la liste est bien connue. Des conques apparaissent parmi ces objets rituels et l’une d’elles en particulier a retenu l’attention des chercheurs. Il s’agit d’une conque enroulée vers la droite offerte par le 6e Panchen Lama Lobsang Pelden Yeshe (1738–1780) à l’empereur Qianlong des Qing (r. 1735–1796) à l’occasion de son 70ème anniversaire en 1780 que le Panchen Lama est venu célébrer à Pékin à l’invitation de Qianlong. Elle aurait ensuite été prêtée par Qianlong à l’un de ses généraux. Plusieurs conques sont conservées dans les musées nationaux à Pékin et à Taipei et il est difficile de déterminer laquelle serait celle-ci.

Grâce aux notices insérées dans les boîtes spécialement créées pour recevoir les conques, il est certain que le Panchen Lama en a offert au moins deux à Qianlong en 1780, puisque le nom du donateur ainsi que la date du don y sont précisés. L’une des conques est conservée au musée du Palais à Pékin, l’autre au Musée national du Palais à Taipei.

D’après les recherches menées jusqu’à présent, la conque dépourvue d’ornementation (fig. 1) aurait été celle que Qianlong aurait remise au général Fuk’anggan (1748–1796), envoyé sur l’île de Taïwan pour y mater la rébellion menée par Lin Shuangwen, un chef de la Société du Ciel et de la Terre (Tiandihui) en 1787. Or, la notice afférente à l’objet ne l’indique pas.

Fig. 1. Conque offerte par le Panchen Lama à Qianlong en 1780, Gugong bowuyuan, Xizang zizhiqu wenwuju, Zhashelunbusi comp. 故宮博物院,西藏自治區文物局,扎什倫布寺 編, (Source : Xumifushou : dang Zhashelunbusi yushang zijincheng 須彌福壽:當扎什倫布寺遇上紫禁城 [Monastère Xumifushou : Quand le monastère de Tashilhunpo rencontre la Cité Interdite], Beijing : Gugong chubanshe, 2020, p. 260-261.)

Une autre conque, préservée au sein du musée national du palais à Taipei, aurait été confiée par l’empereur à Fuk’anggan comme talisman pour le protéger des dangers de la mer. Elle avait été ornée à la demande de l’empereur et exposée avec des documents y afférant trouvés dans la boîte, également prévue par Qianlong pour les recevoir (fig. 2 et 3).

Fig. 2. Vue complète et détail de la conque prêtée par Qianlong à Fu Kang’an en 1787 (Source : Cai Meifen 蔡玫芬, Huangquan yu fofa : Zangchuan fojiao faqi tezhan tulu 皇權與佛法 :藏傳佛教法器特展圖錄 [Emperor Sovereignty and Buddhism : Buddhist Objects Exhibition Catalogue], Taipei : Gugong bowuyuan, 1999, p. 150-151).

Fig. 3. Les documents accompagnant la conque prêtée par Qianlong à Fuk’anggan en 1787 (Musée national du Palais, Taipei).

Les documents, notamment celui collé au revers du couvercle du coffret et celui placé juste à sa droite sur la photographie (Fig. 3), mentionnent clairement que cette conque fut remise à Fuk’anggan par Qianlong pour le protéger durant sa traversée du détroit de Taïwan en 1787 et qu’il la rapporta à la Cité interdite à Pékin l’année suivante. La notice ajoute qu’elle fut également léguée par l’empereur Jiaqing des Qing (r. 1796–1820) à Saicungga (Sai Chong A) dont la mission était de mettre fin aux attaques du pirate Cai Qian (1761–1809) en 1801, à l’instar du prêt de Qianlong à Fuk’anggan. En revanche, aucun document de cette boîte ne mentionne la provenance de cette conque ni l’année de son don à Qianlong.

Au moins deux conques existent donc. Leurs notices apportent les précisions suivantes : la première, présentée ci-dessus, a été donnée par le Panchen Lama à Qianlong en 1780 ; l’origine de la deuxième est inconnue, mais son prêt à Fuk’anggan par Qianlong puis à son successeur par Jiaqing est avérée. Par conséquent, la conque offerte à Fuk’anggan puis transmise à son successeur ne semble pas être l’une de celles offertes par le Panchen Lama à Qianlong.

Cependant, des documents d’archives montrent qu’en 1787, Qianlong offrit à Fuk’anggan une des conques apportées par le Panchen Lama. Cette conque resta au bureau du gouverneur du Fujian et du Zhejiang au moins jusqu’en 1904. Elle aurait été utilisée comme talisman contre les dangers de la navigation par les fonctionnaires du bureau qui circulaient sur les mers pour y mener leurs tournées d’inspection. Néanmoins, sur la base des documents contenus dans les boîtes, il est impossible de confirmer que cette conque est l’une des deux mentionnées ci-dessus puisque les notices qui y sont associées ne décrivent qu’une étape du mouvement de l’objet, soit le don du Panchen Lama à l’empereur, soit le don de l’empereur à ses généraux.

En réalité, les interrogations quant aux déplacements de ces conques ne se limitent pas au XVIIIe siècle. Il est important de prendre en compte également la dimension relative aux déplacements des objets à l’époque contemporaine d’une part, et, d’autre part, les principes de constitution de la collection du musée national du palais à Taipei. Ces deux aspects ont sûrement eu un impact sur le destin de ces objets ainsi que sur leur identification. Nous ne savons rien, par exemple, des raisons qui font que tel ou tel objet ait été choisi pour être déplacé dès les premières années de l’occupation de la Chine par les Japonais. Dans un premier temps, il s’agissait de placer ces œuvres et ces objets d’art à l’abri des envahisseurs. Plus tard, les collections furent séparées pour en préserver la sécurité. À partir de 1938, elles suivirent les troupes du Kuomintang qui se retiraient face à l’avancée des Communistes d’abord vers le Sichuan, puis vers Nankin, d’où elles partirent pour Taïwan.

Fig. 4. Circulation des objets d’art de la Cité interdite entre 1933 et 1965, carte réalisée par Rémi Chaix (la flèche noire indique des déplacements entre 1933 et 1936, la verte les mouvements entre 1937 et 1939, la rouge ceux entre 1937 et 1938, la bleue ceux entre 1937 et 1939, la marron les mouvements entre 1947 et 1965).

Enfin, les objets offerts par les Panchen Lamas aux empereurs et exposés récemment tant à Pékin en décembre 2019 (la première conque présentée ici) qu’à Taipei en décembre 2020 (la conque remise par Qianlong à Fuk’anggan—et la troisième de ce billet— ne fut pas montrée au public, au profit d’une autre envoyée par l’oracle tibétain Lhamo) sont révélateurs des enjeux contemporains qui entourent la reconnaissance des hiérarques tibétains. Ainsi le destin d’un instrument rituel considéré comme un talisman pour traverser les océans au dix-huitième siècle se trouve une nouvelle fois changé, cette fois en marqueur d’une relation particulière existant entre Shigatse et Pékin.

Fabienne Jagou

Bibliographie

Benefitting Sentient Beings Through Re-embodiment: The Development of the Tulku-recognizing System since the 17th century, Exposition, Taipei, décembre 2020.

Patricia Berger, Empire of Emptiness. Buddhist Art and Political Authority in Qing China, Honolulu: University of Hawai’i Press, 2003, p. 182-186.

Cai Meifen 蔡玫芬, «Huangquan yu fofa : Zangchuan fojiao faqi tezhan tulu皇权与佛法 :藏传佛教法器特展图录» [Emperor Sovereignty and Buddhism : Buddhist Objects Exhibition Catalogue] 台北故宫博物院 Taipei National Palace Museum, 1999, p. 150-151.

Fortune and Longevity of Sumeru: An Encounter between the Tashi Lhunpo Monastery and the Palace Museum, Exposition, Beijing, 10 décembre 2019-29 février 2020.

Gugong bowuyuan, Xizang zizhiqu wenwuju, Zhashelunbusi comp. 故宮博物院,西藏自治區文物局,扎什倫布寺 編, Xumifushou : dang Zhashelunbusi yushang zijincheng 須彌福壽:當扎什倫布寺遇上紫禁城 [Monastère Xumifushou : Quand le monastère de Tashilhunpo rencontre la Cité Interdite], Beijing : Gugong chubanshe, 2020.

Kung Ling-wei 孔令伟, « Qinggong zangchuan fojiao wenwu yu Qianlong de zongjiao xintai »,  清宫藏传佛教文物与乾隆的宗教心态 (Tibetan Buddhist Material Culture in the Qing Court and the Religious Mentalities of the Qianlong Emperors), Zangxue xuekan藏学学刊 (Journal of Tibetology) 22, juin 2020, p. 328-359.

Lai Imann 賴依縵, “Renjian qibao—Fu Kang’an xie tai bailuo zai taiwan人間奇寶—福康安攜台白螺在台灣 [A singular Treasure: The conshell Fu Kang’an brought to Taiwan is in Taiwan],” Gugong wenwu yuekan故宮文物月刊 National Palace Museum Monthly Review 343, octobre 2011, p. 110-115.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search