Des cuivres mamelouks (XIVe-XVe s.) au nord du Ghana

En 1980, l’historien de l’art Raymond A. Silverman put documenter six pièces de vaisselle en cuivre ornementées d’inscriptions calligraphiées en arabe dans le nord du Ghana actuel et dont certaines avaient déjà été signalées par la littérature d’époque coloniale au début du XXe siècle. Il soutint sa thèse en 1983 avec un sujet évaluant l’impact de l’islam sur la culture matérielle des Akan, terme désignant un ensemble de groupes apparentés linguistiquement et dont les terres ont abrité historiquement de formidables gisements aurifères. Aujourd’hui professeur à l’Université du Michigan, Raymond Silverman est revenu dans plusieurs publications récentes sur la présence de ces bassines mameloukes, cette fois dans le cadre théorique de la biographie culturelle des objets. Son travail s’inscrit dans le courant méthodologique façonné par le séminal The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspective (1986) dirigé par l’anthropologue Arjun Appadurai, et s’appuie sur l’une des contributions d’Igor Kopytoff dans ce volume, « The Cultural Biography of Things : Commoditization as Process ». Il s’agit là de travaux méconnus en France, qui intéresseront les historiens de l’Afrique médiévale, du Ghana à l’Égypte, lesquels pensent les phénomènes dans la longue durée.

Je retiendrai deux de ces bassines ici, situées dans la localité de Nsoko (ou Nsawkaw), importante place marchande entre le XIVe et le XVIIe siècle et interface entre les champs aurifères de l’espace Akan et les marchands musulmans qui faisaient remonter l’or vers les États islamiques du Sahel.

Fig. 1. Bassine portant des inscriptions arabes dite « Ayaa Kenten » photographiée à Nsoko en février 1980 par Raymond Silverman (Silverman, «Material Biographies: Saharan Trade and the Lives of Objects in Fourteenth and Fifteenth-Century West Africa », History in Africa 42, 2015, p. 380).

Fig. 2. Bol portant des inscriptions arabes, photographié à Nsoko par Raymond Silverman en février 1980 (Silverman, « Material Biographies: Saharan Trade and the Lives of Objects in Fourteenth and Fifteenth-Century West Africa », History in Africa 42, 2015, p. 382).

Fig. 3. Carte du Ghana (Silverman, « Material Biographies: Saharan Trade and the Lives of Objects in Fourteenth and Fifteenth-Century West Africa », History in Africa 42, 2015, p. 377).

Le travail du cuivre faisait partie du fleuron artisanal de l’Empire mamelouk, dont les marchés du Caire furent renommés dans le monde entier pendant les trois derniers siècles de la période médiévale. Certaines pièces de grandes dimensions, aux ornementations présentant un haut degré de raffinement, parfois incrustées d’argent et d’or, étaient commandées par les puissants, comme le bol présenté ci-dessus (Fig. 2) le montre. L’inscription, encore lisible, signale que le bol a appartenu à Tāqī al-Dīn Khushkaldī, dawādār, littéralement porteur de l’encrier, c’est-à-dire secrétaire particulier, d’al-Malik al-Ẓāhir. Silverman interprète ce nom comme étant celui du sultan al-Ẓāhir Jaqmaq (r. 1438-1453), mais il renvoie plutôt au premier grand sultan circassien, al-Malik al-Zāhir Barqūq (r. 1382-1399). Ces biens de prestige furent en réalité produits massivement et étaient vendus sur les marchés, hormis les commandes particulières de plus haute tenue où l’on gravait le nom du commanditaire. Encore aujourd’hui, les salles de vente aux enchères parisiennes, et autres maisons internationales, proposent régulièrement des artéfacts de cet artisanat des naḥḥāsīn, les dinandiers d’Égypte et de Syrie. Ces objets servaient différents usages : ils venaient garnir les dots, recevaient nourriture et boisson ou étaient utilisés comme récipient pour l’eau, pour les ablutions par exemple.

Leur passage de l’Égypte à l’Afrique de l’Ouest n’est pas clair. Aussi, Silverman propose plusieurs hypothèses. Les objets nominatifs ont pu finir sur les étals des marchés à la suite des épidémies de peste qui frappèrent l’Orient à partir de 1347, car des familles entières furent laissées sans héritiers. La tumultueuse vie politique mamelouke, et les nombreuses disgrâces qu’elle entraînait, donnait lieu à des confiscations fréquentes et à la liquidation des biens de certains amīrs. Toutefois, il ne faut pas oublier que les caravanes provenant d’Afrique de l’Ouest venaient presque annuellement au Caire à l’époque mamelouke pour se rendre ensuite à La Mecque. Ces objets en cuivre imposants pouvaient donc être achetés par les élites sahéliennes ou être reçus en cadeaux.

Je me permets ici d’intervenir dans le récit de Silverman car il manque une étape importante dans la biographie culturelle de ces objets, leur passage du Sahel à la zone forestière plus au sud et la cause de celui-ci. Le cuivre tenait en effet une place centrale dans l’économie des États sahéliens médiévaux qui en importaient d’immenses quantités, surtout du laiton sous forme brute, pour compléter les gisements disponibles localement qui consistaient surtout en du cuivre rouge. Le cuivre servait en effet de monnaie d’échange auprès des populations extractrices de l’or, qui, pour des raisons religieuses et spirituelles, préféraient le cuivre à l’or. Les objets manufacturés, comme les bassines et les bols mamelouks, avaient la double fonction de biens de prestige et de monnaies dont le cours était très élevé. Je renvoie à ce propos aux travaux de Laurence Garenne-Marot qui a consacré de nombreux articles à la question du cuivre dans l’économie médiévale ouest-africaine.

Venons-en à présent au début des années 1980 quand Raymond Silverman put documenter ces objets dans leur contexte ghanéen. Les histoires orales attachées aux bassines mameloukes témoignent alors d’une rupture mémorielle importante et d’une création narrative originale pour que ces objets singuliers continuent de faire sens pour les communautés qui en avaient hérité. La bassine appelée « Ayaa Kenten » (le panier de cuivre) (Fig.1), est tenue pour être descendue du Ciel suite à un cadeau offert par Nyame (Dieu). D’autres bassines et bols ont des récits surnaturels attachés à leur origine, comme des héros fondateurs qui les auraient portés lorsqu’ils migrèrent vers la surface de la terre et quittèrent un monde souterrain mythique. Ainsi le bol (Fig.2) est tenu pour avoir surgi d’un lieu-seuil situé à Begho, localité abandonnée voisine de Nsoko et associée avec elle à la prestigieuse histoire du commerce de l’or. Demeure donc un lien, même ténu, avec le contexte historique de la provenance : le grand commerce transsaharien de l’or et du cuivre dont les routes se prolongeaient loin au sud du désert.

Les cuivres mamelouks acquirent ainsi un statut d’objet sacré dans les religions locales qui les utilisaient par exemple dans les rituels pour faire tomber la pluie ou comme réceptacles d’une mémoire liée à des événements historiques et des personnages importants. Il est en effet à souligner que le Ghana contemporain, bien qu’il soit un exemple de lieu où vinrent se toucher les deux lignes de front historiques de progression de l’islam et du christianisme, a conservé nombre de ses autres cultes, notamment en pays Akan. Ces religions sont toutefois en recul ou en voie de transition, de la sphère cultuelle vers la sphère culturelle. Si Silverman souligne que ces cuivres mamelouks calligraphiés inspirèrent les modèles d’un artisanat du cuivre qui se développa dans la région, il remarque néanmoins que la dimension sacrée dont ils avaient été investis est en train de disparaître. Lorsqu’il retourna à Nsoko en 2001, il apprit que «l’Ayaa Kenten » avait été volée quelques temps auparavant. Ce fut le cas aussi d’autres objets en cuivre qu’il avait étudiés au début des années 1980 et qu’il voulut revoir en 2011. Ses interlocuteurs postulèrent que le motif du forfait était la revente des objets pour le prix du métal, signe de l’atrophie de l’aura surnaturelle qu’on leur prêtait et qui permettait auparavant de les laisser sans protection ni surveillance. Il fallait désormais les mettre sous clefs.

Cela conclut, pour le moment, le singulier destin de ces objets, qui sont passés successivement de l’état de matière première monétisable (au sens de pouvoir être échangé contre de l’argent ou bien de servir elle-même directement de monnaie) ou modelable, à celui de biens de prestige dans le cadre de dons ou de transactions, puis à celui d’objets sacrés réceptacles de manifestations surnaturelles ou de récits étiologiques et, enfin, à nouveau à celui de matière première monétisable.

La signification conférée à une chose matérielle dépend ainsi toujours d’un contexte et change sans cesse à travers l’espace et le temps.

Hadrien Collet

Pour aller plus loin:

Collet, Hadrien, Houssaye-Michienzi, Ingrid, « Le Touat dans la globalité médiévale. Itinéraire d’une cargaison de cuivre du royaume de Hongrie au sultanat du Mālī (1407-08) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 149, 2021, p. 53-78.

Garenne-Marot, Laurence, « Au-delà de la patine des objets en métal à base de cuivre : couleur et valeur du cuivre en Afrique de l’Ouest à l’époque du commerce transsaharien musulman », Cahier des thèmes transversaux ArScAn VIII, 2006-2007, p. 118-132.

Silverman, Raymond, « Material Biographies: Saharan Trade and the Lives of Objects in Fourteenth and Fifteenth-Century West Africa », History in Africa 42, 2015, p. 375-395.

Silverman, Raymond, « Red Gold. Things Made of Copper, Bronze, and Brass », Berzock, Kathleen (éd.), Caravan of Gold, Fragments in Time. Art, culture, and exchange across medieval Saharan Africa, Oxford, Princeton, Princeton University Press, 2019, p. 257-268.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search